L’immo de A à Z : le diagnostic de performance énergétique

45

Diagnostic performance énergétique

Le diagnostic de performance énergétique est l’un des documents désormais obligatoires dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. Zoom sur un indicateur de qualité très encadré par la loi.

L’économie d’énergie compte parmi les sujets les plus discutés du moment. Au niveau politique, à la faveur de la tenue récente de la Cop 23, à Bonn (Allemagne). Mais aussi dans la vie quotidienne des Français, avec une multitude d’initiatives prises pour mieux gérer la consommation d’énergie des logements. Le flot d’innovations des start-up pour une « maison connectée » y est notamment pour beaucoup.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) des biens immobiliers est ainsi un élément toujours plus scruté par les acheteurs (voire les locataires). Il indique non seulement le niveau de performance en termes de consommation d’énergie mais aussi celui d’émission de gaz à effets de serre.

L’Atelier Cogedim revient sur les principales informations à retenir à son sujet.

Diagnostic de performance énergétique : de quoi parle-t-on ?

Les Français ont pris l’habitude de l’apercevoir sur les gros appareils électroménagers. Le principe est le même pour l’immobilier. Le DPE va indiquer à l’acheteur ou au locataire le niveau de performance énergétique du bien, et sa consommation et son niveau d’émission de gaz à effets de serre.

Sur l’énergie primaire, les logements sont classés de A (moins de 50kWhgp/m² par an, le plus économe) à G (450kWhgp/m² par an, le plus énergivore). Même schéma pour les gaz à effets de serre. Le classement va de A (moins de 5kg équivalent Co²/m² par an) à G (plus de 80kg).

Le DPE décrit aussi les lieux (la surface, l’orientation, les matériaux utilisés pour sa construction, les équipements de chauffage…). Objectifs de l’ensemble : réduire la facture des ménages et préserver l’environnement.

La consommation indiquée porte soit sur celle relevée lors des trois dernières années soit sur la consommation dite « conventionnelle ».

Selon une étude réalisée par le cabinet Xerfi et publiée fin octobre dernier, le marché du diagnostic immobilier se porte bien. En 2016, pour la troisième année consécutive, son chiffre d’affaires a augmenté de 10% environ.

Comment est-il établi ?

Lors d’une transaction, le vendeur doit fournir à l’acheteur le DPE du bien. Et ce, dès la signature du compromis de vente. Il doit toutefois être tenu à la disposition de tout candidat à l’achat (ou locataire potentiel). Les visites ne peuvent donc pas commencer s’il n’a pas été fait.

Sa durée de validité est de dix ans. Seul un professionnel certifié est à même d’établir le diagnostic de performance énergétique. Les prix varient en fonction des sociétés et suivant la taille et la nature du bien. Pour un appartement, il faut compter autour de 100 euros, en moyenne. La fourchette s’étale entre 80 euros -en règle générale- pour un studio à plus de 120 euros pour quatre pièces ou plus. Le tarif pour une maison, lui, tourne autour de 150 euros, suivant une nouvelle fois le nombre de pièces.

En France, quelque 8 000 professionnels sont habilités à effectuer un DPE.

Quel impact sur les prix ?

Avoir un « bon » diagnostic de performance énergétique n’est pas anodin. Les aspirations à un logement sain et respectueux de l’environnement sont de plus en plus nombreuses chez les Français.

L’association Dinamic (pour Développement de l’information notariale et de l’analyse du marché immobilier et de la conjoncture) a publié une étude fin octobre qui montre les effets du résultat du DPE sur la valeur du bien mis en vente. A biens comparables, il en ressort que l’impact d’un DPE « mauvais » est plus fort que celui d’un DPE « bon ».

Selon les relevés effectués par Dinamic, la décote générée par un bien mal « noté » par son DPE -qui varie de 6 à 17% selon les régions- est en légère baisse sur la période 2014-2016. La plus-value, elle, fruit d’un bon classement DPE, est en hausse sur la même période. Elle varie de 6 à 13%, là aussi selon les régions.

Pour les Notaires de France, lorsqu’une maison a un DPE avec une bonne note, elle sera vendue en moyenne 13% plus cher que dans le cas contraire.

>>> Lire aussi : Quels sont les diagnostics obligatoires pour une location ?

 

L’Atelier Cogedim – Illustration Pixabay.com-Fotomek


Vous aimerez aussi
La Foire de Paris : Le rendez-vous printanier de l’habitat

La Foire de Paris : Le rendez-vous printanier de l’habitat

Immobilier : les nouveautés pour 2018

Immobilier : les nouveautés pour 2018

Noël 2017 : cinq objets connectés pour la maison

Noël 2017 : cinq objets connectés pour la maison

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

Les plus vus
Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

Les notaires lancent leur site d’information

Les notaires lancent leur site d’information

Comment bien intégrer son téléviseur à sa déco

Comment bien intégrer son téléviseur à sa déco

PTZ et loi Pinel : ce qui change en 2018

PTZ et loi Pinel : ce qui change en 2018