Six étapes pour un potager d’herbes aromatiques en intérieur

123

potager herbes aromatiques

Choix des plantes, entretien, récolte… L’Atelier Cogedim vous guide dans la confection et le développement de votre potager d’intérieur d’herbes aromatiques en compilant également les principales erreurs à éviter.

Beaux, parfumés et pratiques, les petits potagers d’herbes aromatiques sont devenus un incontournable de la déco, à l’heure où le végétal a pris une grande place dans nos cuisines et salons. Mais attention, si les photos de basilic, thym ou encore ciboulette fleurissent sans mal sur les réseaux sociaux, leur culture n’est pas si facile hors d’un jardin classique. Quelques règles sont à respecter pour réussir à en profiter longtemps et toute l’année.

Le choix du récipient

Faire de son mini-potager une véritable création déco est tentant. Mais avant de penser esthétique, il faut penser pratique et « bon pour les plantes ». Si elles sont généralement vendues au même prix, les herbes aromatiques ne nécessitent pas le même investissement de temps ni le même traitement. Certaines ont besoin d’engrais, d’autres moins ; les unes boivent beaucoup d’eau tandis que leurs voisines pas du tout ; d’autres encore ont besoin de plus de place, à l’instar de la menthe et ses grandes racines. Premier conseil donc : une plante, un pot ! Ou tout au moins un récipient par « famille ».

Put herbs in your food 🌱👌🏻#coriandre #basilic #persil #ciboulette #menthe

A post shared by ManonLiégeois (@nutrisport.ml) on

Le casse-tête du lieu

C’est une étape qu’il ne faut pas négliger, là encore à la faveur d’une préférence esthétique. Plus vous multipliez les plantes, plus vous vous compliquez la tâche quant au choix de l’endroit où elles seront entreposées. C’est encore une bonne raison de penser votre création en plusieurs compartiments pour pouvoir déplacer les pots à votre guise. Certaines herbes préfèreront être du côté du soleil quand d’autres préfèreront l’ombre. Toutes ont en revanche besoin de luminosité et de chaleur.

Les familles d’aromates

Pour connaître les particularités des herbes et faire votre choix, prenez quelques minutes pour vous renseigner sur leur type de terre favori, leurs besoins en eau et en soleil. Pour les plus connues, sachez que le basilic, star des potagers d’herbes aromatiques, aime la fraîcheur et l’humidité ainsi qu’une terre renouvelée. Son plus proche concurrent, le thym, préfère en revanche un temps sec et du plein soleil. Il cohabite bien avec le romarin, le laurier ou la sauge. Et pourquoi pas un peu de lavande pour colorer cet ensemble ? Dans un autre compartiment, le persil, la ciboulette et la coriandre s’associent bien ensemble et peuvent être aussi voisins du basilic.

La plantation

Pour un débutant, la première culture d’herbes aromatiques est un peu plus compliquée que certaines fleurs car elles sont assez fragiles les premières semaines. Pour commencer, préférez donc l’achat de plants aux graines et rempotez. Pensez à aérer le fond du récipient en mettant un caillou moyen et du petit gravier avant de recouvrir de terreau. Le but est d’éviter l’eau stagnante autour des racines, qui risqueraient de pourrir. Dans l’idéal, il faut percer le fond pour permettre une évacuation, et donc prévoir un réceptacle tel qu’une soucoupe, dessous. Par ailleurs, sachez que des terreaux spéciaux herbes aromatiques existent. Un terreau pour plantes vertes peut suffire pour celles qui aiment l’humidité.

L’entretien

Le plus gros risque qu’encourent vos herbes aromatiques en intérieur est… votre générosité. Attention à l’excès d’eau, que certaines supportent mal. C’est le cas du thym, du romarin, du laurier ou de la lavande. A l’inverse, le basilic a très soif. Le cresson également. Pour la ciboulette, soyez mesuré, n’arrosez que lorsque la terre s’assèche. Enfin, pas de panique si vous voyez vos plantes dépérir au bout d’un an, c’est normal. La plupart ont des cycles très courts et doivent être renouvelées chaque année. C’est le cas des plus prisées, que l’on sollicite le plus souvent pour notre cuisine, comme le basilic ou le persil. Certaines peuvent tenir jusqu’à trois ans, comme la ciboulette ou l’oseille. Quoi qu’il en soit, il faut bien avoir en tête que c’est un investissement permanent. Pensez à couper régulièrement les tiges sèches, comme pour des géraniums. Et grattez parfois le terreau avec une fourchette pour « aérer » la terre.

La cueillette et la conservation

On aimerait pouvoir aromatiser nos plats toute l’année avec des herbes maison. Mais soyons objectifs, notre seule production d’intérieur ne peut suffire à relever chaque jour nos mets. D’autant qu’il faut savoir laisser reposer nos plantes. Le très apprécié basilic par exemple, qui se plante de mars à juin, se récolte entre mi-septembre et novembre. C’est assez peu. Le thym, qui se plante à la même période, se cueille entre juin et juillet. Le persil, qui se plante de mi-février à août, peut lui au contraire être récolté entre trois et quatre semaines après chaque renouvèlement.

Pour toutes, il ne faut jamais couper la base de la tige. Dans l’idéal, il ne faut cueillir que ce dont on a immédiatement besoin. Il est possible de les faire sécher mais les herbes perdent de leur saveur. La congélation permet une meilleure conservation (pas plus de six mois) mais il faut le faire rapidement après la coupe, ciselée, dans un pot ou un sachet bien hermétique.

L’Atelier Cogedim – Illustration © AlexQ – Fotolia.com

>> Aller plus loin :

– Lire : Bien stocker son vin en appartement
– Voir : Lilo, le potager d’intérieur connecté

 


Vous aimerez aussi
La Foire de Paris : Le rendez-vous printanier de l’habitat

La Foire de Paris : Le rendez-vous printanier de l’habitat

Immobilier : les nouveautés pour 2018

Immobilier : les nouveautés pour 2018

Noël 2017 : cinq objets connectés pour la maison

Noël 2017 : cinq objets connectés pour la maison

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

Les plus vus
Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

Les notaires lancent leur site d’information

Les notaires lancent leur site d’information

Comment bien intégrer son téléviseur à sa déco

Comment bien intégrer son téléviseur à sa déco

PTZ et loi Pinel : ce qui change en 2018

PTZ et loi Pinel : ce qui change en 2018