Changer de fournisseur d’énergie : une formalité ?

50

Changer de fournisseur d'énergie, une formalité

Déménager entraîne le changement de toute une série de contrats liés au logement. L’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, il y a dix ans, a simplifié les démarches pour changer de fournisseur.

Un déménagement, c’est souvent un casse-tête. Que l’on parle de logistique ou de formalités administratives. Tout cela est une réalité pour près de 10% de Français qui déménagent chaque année. Sans parler du quart de la population qui projette de le faire, selon un sondage Ifop pour Déméco, publié en 2016.

Et qui dit déménagement, dit changement de contrats liés à la consommation d’énergie au sein du foyer. S’il est possible de conserver ses engagements chez ses fournisseurs, la dérégulation du marché français de l’énergie, il y a dix ans, a facilité les démarches pour ceux qui souhaiteraient profiter d’une concurrence désormais fournie.

C’est ce qu’explique Gaël Duval, qui a lancé le site jechange.fr il y a près de dix ans. La plateforme se veut être l’assistant personnalisé pour la gestion des factures courantes et des formalités administratives qui peuvent compliquer un déménagement.

L’objectif « faire gagner du temps et de l’argent » à ceux qui changent d’adresse. Présente en France, en Belgique et en Espagne, la société a déjà signé plus de 300 000 contrats. Elle se pose ainsi en interlocuteur privilégié « capable de fournir une aide précieuse à la comparaison entre les offres ».

>>> Cinq astuces pour maîtriser sa facture d’énergie

L’Atelier Cogedim : De quelle manière est-il possible, aujourd’hui, de faire jouer la concurrence entre les fournisseurs d’énergie ?

Gaël Duval : C’est de plus en plus simple. C’est même obligatoire et légal depuis l’ouverture du marché de l’énergie il y a dix ans. Le changement est devenu extrêmement facile : il suffit d’envoyer une lettre de résiliation au précédent fournisseur.

La difficulté, c’est de savoir lequel prendre. L’offre aujourd’hui est très importante. Sur le marché de l’énergie, on est passé d’une situation monopolistique à plus de dix-huit opérateurs.

Rien que dans le domaine du gaz, il y en a plus de dix. On a donc désormais un secteur ultra-concurrentiel avec de nombreux d’acteurs. Pourtant peu de Français -environ 4%- en ont déjà bénéficié, car peu d’entre eux sont au courant de cette possibilité.

LAC : Je déménage et souhaite changer de fournisseur d’énergie. Que dois-je regarder en premier ?

G.D. : Il y a deux choses importantes. D’abord le prix. Sur ce point, en réalité, c’est surtout la structure de ce prix qu’il faut observer. Les offres annoncent le prix du kilowattheure, le prix de l’abonnement et l’évolution du prix, s’il va être indexé sur tel ou tel secteur, s’il va être gelé pendant un certain temps… Voire un prix d’abonnement qui va augmenter sur la durée.

La complexité, ici, c’est que l’on a parfois un prix du kilowattheure bas avec un abonnement cher, ou un abonnement pas cher avec un kilowattheure cher.

La deuxième chose, c’est de regarder combien de temps l’opérateur va mettre pour vous raccorder à son réseau. Or, au cours d’un déménagement, il s’agit souvent d’une chose à laquelle on pense au dernier moment.

LAC : Les offres sont-elles si différentes entre les opérateurs pour que cela vaille vraiment le coup de changer ?

G.D. : Le gain d’argent n’est, de prime abord, pas colossal en soit. Mais représenté sur la moyenne de l’appartement d’une famille, cela peut représenter entre 200 et 300 euros d’économies par an.

Ce n’est pas totalement neutre. Perdre 250 euros par an, c’est perdre un billet d’avion, un beau cadeau à Noël… Et là, on ne parle que de l’énergie. Mais si l’on met tous les services bout à bout -énergie, télécoms, assurances…-, on peut monter à 2 000 euros, environ.

LAC : L’ouverture du marché, il y a dix ans, a donc profité au consommateur ?

G.D. : Oui, car il y a désormais un système qui est mécaniquement à son avantage. On n’est jamais perdant à partir et changer.

Ça n’a pas encore suffisamment décollé, mais le mouvement va s’accélérer avec la fin du marché régulé. Ce qui ne va pas entraîner de hausse des prix, bien au contraire. Le marché sera encore plus compétitif sur l’offre. D’autres services vont certainement aussi venir se greffer aux abonnements, ce qui ne pourra qu’optimiser la capacité du consommateur à gérer sa consommation d’énergie à la maison.

 L’Atelier Cogedim – Illustration Full Image / Fotolia.com


Vous aimerez aussi
La Foire de Paris : Le rendez-vous printanier de l’habitat

La Foire de Paris : Le rendez-vous printanier de l’habitat

Immobilier : les nouveautés pour 2018

Immobilier : les nouveautés pour 2018

Noël 2017 : cinq objets connectés pour la maison

Noël 2017 : cinq objets connectés pour la maison

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

Les plus vus
Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

Les notaires lancent leur site d’information

Les notaires lancent leur site d’information

Comment bien intégrer son téléviseur à sa déco

Comment bien intégrer son téléviseur à sa déco

PTZ et loi Pinel : ce qui change en 2018

PTZ et loi Pinel : ce qui change en 2018