Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

96

Louer par Airbnb ce qu'il faut savoir

400 000 hébergements étaient disponibles sur le site Airbnb, en France, au 1er janvier 2017.

En 2016, 8,3 millions de voyageurs sont passés par la plateforme Airbnb pour trouver leur lieu de villégiature en France. Mais, si la location de courte durée séduit de plus en plus de propriétaires, la loi reste très stricte. Airbnb le précise lui-même dans ses conditions d’utilisation : « merci de vérifier votre législation locale avant de publier votre annonce. » L’Atelier Cogedim vous facilite le travail et détaille les obligations à respecter.

Résidence principale : légal mais limité

Aucune démarche n’est nécessaire si vous souhaitez louer votre résidence principale. Vous pouvez donc déposer une annonce en toute légalité, mais en prenant toutefois en compte une donnée essentielle : votre logement est considéré comme résidence principale si vous y vivez au moins 8 mois par an. Au-delà de 4 mois de location à un tiers (ou 120 nuitées, consécutives ou pas), vous sortez donc du cadre défini pour les résidences principales et les règles changent.

Résidence secondaire : déclaration obligatoire

Pour louer une résidence secondaire, les règles sont plus contraignantes. Le logement se transforme en meublé de tourisme et il faut le déclarer auprès de la mairie de la commune où il se situe. À Paris, dans les départements de la « petite couronne » (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), et dans certaines communes (plus de 200 000 habitants, 50 000 habitants en zone tendue, etc.), l’obtention d’une autorisation de changement d’usage est même exigée. Dans ce domaine, toute infraction demeure passible d’une amende de 450 €.

Combien ça coûte ?

Quelle que soit la situation, les revenus générés par cette activité locative doivent être déclarés auprès des services fiscaux. Depuis 2016, tous les loueurs relèvent du régime des Bénéfices industriels et commerciaux (Bic). En-dessous de 32 900 euros, l’on bénéficie même du statut « micro-Bic » qui donne droit à un abattement de 50% sur les recettes encaissées.

À noter que, depuis 2017, Airbnb fournit à ses membres un relevé des revenus à déclarer. Autre dépense à prévoir : la taxe de séjour, appliquée par un peu plus de 14 000 villes françaises. Elle doit être facturée aux locataires afin, ensuite, d’être reversée à la commune. Là aussi, Airbnb entend faciliter la tâche de ses utilisateurs puisque le site prélève automatiquement la taxe de séjour dans 51 communes.

L’Atelier Cogedim – © wbtky – Fotolia.com


Vous aimerez aussi
La Foire de Paris : Le rendez-vous printanier de l’habitat

La Foire de Paris : Le rendez-vous printanier de l’habitat

Immobilier : les nouveautés pour 2018

Immobilier : les nouveautés pour 2018

Noël 2017 : cinq objets connectés pour la maison

Noël 2017 : cinq objets connectés pour la maison

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

Les plus vus
Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

Louer sur Airbnb : ce qu’il faut savoir

Les notaires lancent leur site d’information

Les notaires lancent leur site d’information

Comment bien intégrer son téléviseur à sa déco

Comment bien intégrer son téléviseur à sa déco

PTZ et loi Pinel : ce qui change en 2018

PTZ et loi Pinel : ce qui change en 2018