Cinq astuces pour faire un potager sur un balcon

cinq astuces pour faire un potager sur son balcon

Aménager un potager, même petit, sur un balcon, permet de cultiver ses propres fruits et légumes. Une solution qui agrémente aussi un appartement avec une haie végétale. Voici quelques conseils pour débuter.

Ne pas oublier les règles de base 

Avant de mettre les mains dans la terre, il faut veiller à respecter trois principes fondamentaux de la culture en bacs et en pots :

– Adapter la taille du contenant au type de plante. Les salades et les herbes aromatiques, par exemple, ne nécessitent pas une grande profondeur en terre au contraire des arbustes, des tomates et des poivrons;

– Utiliser un bon terreau, riche et léger, favorable à la croissance des plantes comestibles;

– La culture en pot est plus gourmande en eau. Alors, une fois en pot, ne pas oublier d’arroser régulièrement.

Adopter le bon calendrier

À chaque mois de l’année ses cultures :

– La saison des cultures sur le balcon peut s’ouvrir en mars avec les radis car ils résistent bien aux gelées printanières. Il est envisageable de pouvoir les apprécier une vingtaine de jours après plantation;

– À cette même période, l’on peut démarrer les semis en intérieur. Plus économique que les plantes déjà développées, le semi procure la satisfaction de voir ses petites graines sortir de terre. Il convient de choisir de petits pots en tourbe, qui peuvent être plantés directement en terre plus tard, ce qui évite de manipuler les petites plantes fragiles;

– Vers la fin mars, il faut penser aux laitues, très faciles à cultiver en pot. Ces salades s’épanouissent dans très peu de terre et permettent de disposer de feuilles bien vertes et croquantes. A protéger des rayons de soleil lorsque les températures commencent à monter;

– Les fraises arriveront quant à elles dès le mois d’avril. Ces vivaces nécessitent une profondeur de terre de 20 cm au minimum mais sont très faciles à cultiver. A planter en jardinières rectangulaires pour leur permettre de se développer et les placer en hauteur pour un bel effet;

– Dès que les températures deviennent plus douces, pourquoi ne pas enchaîner avec les herbes fraîches, les tomates, courgettes et aubergines. La culture de tomates en pots présente l’avantage de les protéger des maladies transmises par le sol, mais elles nécessitent une profondeur en terre d’au moins 20 cm;

– Les pommes de terre, souvent oubliées des potagers citadins, peuvent être mises en terre dès que les risques de gelées sont écartés;

– Il faut enfin penser aux associations bénéfiques : les œillets d’Inde, par exemple, protègent les plantes des maladies et repoussent certains insectes, en plus d’apporter de la couleur à un balcon.

Optimiser l’espace

– La végétalisation verticale est une solution simple et esthétique pour gagner de la place. Il est possible de trouver des structures toutes faites dans le commerce, en métal, en bois ou encore en plastique. Les murs potagers sont également réalisables à la maison en toute simplicité avec une palette en bois. De nombreux tutoriels circulent sur le Web qui expliquent, pas-à-pas, comment réaliser ce type de support, qui pourront être suspendus au mur pour maximiser l’espace ou posés à même le sol;

– Les jardinières, disposées en enfilade sur un mur ou un garde-corps sont aussi une bonne option pour ne pas encombrer l’espace;

– Pour les plantes nécessitant une grande profondeur en terre, l’astuce consiste à utiliser des pots verticaux, assez hauts mais plutôt fins.

Ne pas avoir peur d’oser

– Si le balcon bénéficie d’un « microclimat ». C’est donc l’occasion de cultiver des variétés plus exotiques : oranges, kumquat, grenade, citron vert…

– Pour ceux qui souhaitent disposer d’arbres fruitiers, il suffit de les choisir en espalier : un taillage souvent appliqué aux poiriers ou aux pommiers permet de limiter leur croissance et de les maintenir le long d’un mur.

Penser à la touche déco

– Le bois, le métal, le verre ou encore le rotin sont des matières qui, associées aux plantes, créent une atmosphère très chaleureuse;

– Les étiquettes et petits panneaux apportent une touche esthétique et ludique, mais s’avèrent également très utiles. Les choisir en ardoise ou en bois pour une allure design ou en carton pour plus d’économies;

– Le jardin semi-intérieur prend aussi vie avec des objets de récupération : une brouette, un cageot à légumes ou encore une vielle casserole peuvent être utilisés en guise de pots pour des végétaux. Une bonne astuce pour donner une touche d’authenticité à un potager;

A noter qu’il ne faut pas oublier de vérifier le règlement de la copropriété avant toute « végétalisation », certains prévoyant une clause stricte en la matière.

Illustration © ChiccoDodiFC – Fotolia.com


Vous aimerez aussi
Aménager un petit espace

Aménager un petit espace

Portrait d’Olivia Putman

Portrait d’Olivia Putman

Investir dans un logement étudiant

Investir dans un logement étudiant

Exposition : « Mai 68. L’architecture aussi ! »

Exposition : « Mai 68. L’architecture aussi ! »

Les plus vus
Cinq astuces pour faire un potager sur un balcon

Cinq astuces pour faire un potager sur un balcon

Des assistants numériques toujours plus présents à domicile

Des assistants numériques toujours plus présents à domicile

Comment bien préparer sa retraite grâce à l’immobilier

Comment bien préparer sa retraite grâce à l’immobilier

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018

L’Ultra Violet sera la couleur de l’année en 2018