Construction : les taux d’intérêt, pivots de la reprise de l’activité


Les défaillances d’entreprises devraient continuer à diminuer en 2017 dans le secteur de la construction où le logement neuf tire la reprise de l’activité, mais la remontée des taux d’intérêt affectera la capacité d’achat des ménages l’année suivante, estime la Coface.

Dans une étude publiée récemment, l’assureur-crédit table sur une baisse des défaillances d’entreprises de 7,7% cette année, après un recul de 6,8% en 2016, où la tendance a commencé à s’inverser sur le secteur.

Entre 2008 et 2014, 37.520 entreprises de la construction ont fait défaut, soit environ le tiers des défaillances totales (415.000) en France, rappelle la Coface.

Tirée par les ventes de logements neufs, cette reprise est due au fait que la capacité d’achat des ménages « n’a jamais été aussi élevée depuis 2003 » grâce à des taux d’intérêt historiquement bas.

« Mais la remontée des taux qui s’est enclenchée depuis le début de l’année, pourrait à terme contraindre les perspectives d’achat des ménages si elle se poursuit », avertit l’étude.

Certains voyants sont au vert: l’État continue à soutenir le secteur en 2017 via le prêt immobilier à taux zéro (PTZ) et l’avantage fiscal Pinel consenti aux investissements locatifs, et la confiance des ménages rebondit.

En outre les taux d’intérêt devraient rester « relativement bas » malgré leur remontée progressive: « la BCE ne devrait pas augmenter ses taux directeurs d’ici la fin de l’année, malgré la remontée de l’inflation ».

Incertitude pour 2018

Plusieurs facteurs pourraient freiner la reprise du secteur, tels que le prix des logements, qui demeure surévalué de 27% en France, 5eme pays le plus cher relativement à la moyenne des prix immobiliers sur le long terme selon l’OCDE.

Et si la dette des ménages français demeure modérée, elle a crû et représente 56% du PIB, rappelle la Coface. Or « la remontée possible, au second semestre 2018, du taux de refinancement des banques auprès de la Banque centrale européenne pourrait contraindre rapidement la reprise ».

L’assureur-crédit anticipe ainsi une baisse des capacités d’achat d’un ménage au revenu moyen de l’ordre de 18 m2 entre 2016 et 2018, ce qui les ramènerait à leur niveau de 2012 (61,1 m2). La reprise actuelle « pourrait donc n’être qu’éphémère ».

L’Atelier Cogedim (avec AFP) – © 1599685sv – Fotolia.com


Vous aimerez aussi
Aménager sa cuisine

Aménager sa cuisine

Interview de Christine Renault, experte en Feng Shui

Interview de Christine Renault, experte en Feng Shui

Aménager un petit espace

Aménager un petit espace

Portrait d’Olivia Putman

Portrait d’Olivia Putman

Les plus vus
Construction : les taux d’intérêt, pivots de la reprise de l’activité

Construction : les taux d’intérêt, pivots de la reprise de l’activité

Ce qu’il faut savoir sur le zonage Pinel

Ce qu’il faut savoir sur le zonage Pinel

Cinq clés pour financer son projet immobilier

Cinq clés pour financer son projet immobilier

Propriétaire locatif : quels droits et quels devoirs ?

Propriétaire locatif : quels droits et quels devoirs ?